« Être présent ici et maintenant » :

le point sur la pleine conscience

Ce document est réservé à l'usage exclusif de et ne peut faire l'objet d'aucune autre utilisation ou diffusion auprès de tiers. Tous droits réservés, Global-Watch ®

Interprétation scientifique

La pleine conscience (mindfulness) est de plus en plus implantée dans les milieux de travail, mais est-ce un simple effet de mode ou une stratégie d’intervention prometteuse pour favoriser la santé psychologique, le bien-être et la performance de vos salariés?

Pour répondre à cette question, nous avons effectué une interprétation vulgarisée de l’étude de Lomas et ses collègues publiée en 2017 sur les interventions fondées sur la pleine conscience en milieu de travail et leurs liens avec la santé psychologique, le bien-être et la performance des salariés.

Expert

Alex BOURQUE, chargé de cours et candidat au DBA, Université de Sherbrooke

Rédacteurs

France ST-HILAIRE, professeure agrégée en gestion des ressources humaines, Université de Sherbrooke
Maude VILLENEUVE,
professionnelle de recherche, Université de Sherbrooke
Stéphanie BÉRUBÉ,
professionnelle de recherche, Université de Sherbrooke
Rébecca LEFEBVRE,
professionnelle de recherche, Université de Sherbrooke
Marie-Hélène GILBERT,
professeure adjointe, Université Laval
Michel PÉRUSSE,
professeur associé, Université de Sherbrooke

Cette initiative a été rendue possible grâce à une collaboration avec l’Université de Sherbrooke.

QU’ENTEND-ON PAR : PLEINE CONSCIENCE?

 

Le terme pleine conscience est utilisé pour désigner à la fois :

  1. un état d’esprit[1] qui réfère à la prise de conscience créée lorsque nous portons notre attention, de manière délibérée, dans le moment présent, sans jugement;
  2. une pratique méditative[2]qui réfère à la maîtrise de nos pensées, de nos comportements et de nos émotions dans le but d’améliorer notre contrôle cognitif et d’augmenter notre bien-être.

Les activités de pleine conscience étaient à l’origine réservées au domaine clinique pour traiter la douleur chronique, le stress et l’anxiété des patients. Depuis la fin des années 1990, ce type d’intervention suscite de plus en plus d’intérêt dans les organisations. Les interventions de pleine conscience sont maintenant utilisées en milieu de travail non seulement pour intervenir auprès des salariés souffrant de stress ou de problèmes de santé mentale, mais aussi pour favoriser la santé psychologique, le bien-être et la performance de l’ensemble des salariés.

Référence complète

Lomas, T., Medina, J. C., Ivtzan, I., Rupprecht, S., Hart, R., & Eiroa-Orosa, F. J. (2017). The impact of mindfulness on well-being and performance in the workplace: an inclusive systematic review of the empirical literature. European Journal of Work and Organizational Psychology, 26(4), 492-513.

Méthode

Une revue systématique* des études empiriques en contexte organisationnel a été réalisée. Ce sont les résultats de 153 études regroupant un total de 12 571 salariés de divers secteurs d’activités dans plusieurs pays qui ont été recensés.

Pour le présent article, 21 études ont été sélectionnées, car elles sont considérées par les chercheurs comme étant de haute qualité. Celles-ci portaient sur les liens entre une ou plusieurs interventions fondées sur la pleine conscience en milieu de travail et entre une ou plusieurs dimensions associées à la santé psychologique, au bien-être ou la performance des salariés.

 

*Une revue systématique est un examen rigoureux et critique des écrits scientifiques sur une question; les études empiriques consistent à observer un phénomène ou à expérimenter une intervention.

QUE RÉVÈLENT LES RÉSULTATS DE L’ÉTUDE?

Les interventions fondées sur la pleine conscience favorisent-elles la santé et la performance?

Les interventions fondées sur la pleine conscience favorisent la santé psychologique, plus particulièrement pour réduire les symptômes précoces de problèmes de santé. S’il y a des liens entre la pleine conscience et l’amélioration du bien-être ainsi que de la performance des salariés, il faut interpréter ces résultats avec prudence. En effet, il est difficile de comparer les études entre elles puisqu’il s’agit d’un champ de recherche émergent.

 1. Les dimensions de la santé psychologique

Piste d’interprétation

 

Les résultats sont assez favorables concernant :

Réduction de l’anxiété
(4 études sur 6 l’ont montré)

  •  Un salarié ayant développé sa présence attentive observera ses pensées anxiogènes avec ouverture plutôt que de ruminer à propos de celles-ci.

Réduction du stress
(8 études sur 10 l’ont montré)

  • L’état de relaxation généré par les pratiques méditatives diminue le niveau de la principale hormone du stress appelée cortisol.

Réduction de la détresse et la colère
(4 études sur 4 l’ont montré)

  • Le mécanisme s’apparente à celui de l’anxiété, c’est-à-dire que le salarié sera en mesure d’observer sa colère et les émotions liées à sa détresse.

Les résultats sont moins clairs concernant :

Réduction de la dépression
(1 étude sur 4 l’ont montré)

  • Certaines interventions ciblaient des employés actuellement déprimés alors que d’autres ciblaient des employés guéris présentant un risque de rechute.

Réduction de l’épuisement professionnel
(1 étude sur 6 l’ont montré)

  • De plus vastes échantillons de participants auraient permis d’établir un lien plus clair.
  • De nombreuses études ont montré que ces interventions avaient un effet plus marqué (bien que non significatif) sur l’épuisement émotionnel, qui représente l’une des trois dimensions de l’épuisement professionnel.

2. Les dimensions du bien-être

Piste d’interprétation

Les résultats étaient assez favorables concernant :

Amélioration de l’expérience spirituelle, de la satisfaction au travail, de la qualité de vie professionnelle et du bien-être subjectif
(4 études sur 7 l’ont montré)

  • Les interventions fondées sur la pleine conscience peuvent diminuer la rumination mentale (ressasser sans cesse la même idée).
  • Souvent pratiquée en groupe, la pleine conscience peut donner un sens au travail des salariés.

Amélioration de la santé physique
(4 études sur 4 l’ont montré)

  • Les interventions fondées sur la pleine conscience contribuent à augmenter la pratique de l’activité physique, qui favorise la santé et la force individuelle, ainsi qu’à améliorer la qualité du sommeil et diminuer les douleurs.

3. Les dimensions de la performance des salariés

Piste d’interprétation

Les résultats étaient assez favorables concernant :

Augmentation du sentiment de contrôle sur le travail et la perception adéquate des exigences du travail
(1 étude sur 6 l’ont montré)

  • Les interventions fondées sur la pleine conscience augmentent le sentiment de contrôle du salarié sur ses pensées et son travail.

Parce qu’il faut toujours interpréter une étude avec prudence
La méthode utilisée par les chercheurs est très rigoureuse. Toutefois, plusieurs études incluses dans cette revue systématique présentent des limites qui nous ont amenés à vous présenter seulement les résultats des études considérées par les chercheurs comme étant de haute qualité et dont les résultats sont applicables à vos contextes organisationnels.

PISTES D’ACTIONS POUR LES EMPLOYEURS

Les interventions fondées sur la pleine conscience comprennent des activités formelles et informelles.

Type d’activité

Exemple de mesure organisationnelle

Exemple de pratique individuelle

Précision

Formelle

Pour développer sa pleine conscience par des activités formelles, il faut centrer son attention sur un objet. Lorsque des distractions surviennent, il est important de ramener l’esprit à son objet d’attention, et ce, sans jugement.

  • Offrir des séances de méditation à vos salariés sur les lieux de travail pendant la pause du midi.

  • Offrir des cours de yoga ou de tai-chi à vos salariés sur les lieux de travail avant les heures de bureau.
  • Votre salarié s’octroie une courte pause pour méditer avant d’animer une réunion auprès de ses collègues.

  • Votre salarié s’octroie une courte pause pour effectuer des postures de yoga ou de tai-chi entre deux dossiers exigeants.
  • L’objet d’attention de votre salarié est le rythme de sa respiration.

  • L’objet d’attention de votre salarié est son corps en mouvement.

Informelle

Pour développer sa pleine conscience par des activités formelles, il faut centrer son attention sur un objet. Lorsque des distractions surviennent, il est important de ramener l’esprit à son objet d’attention, et ce, sans jugement.

 

  • Offrir une formation à vos salariés sur l’écoute active.

 

  • Votre salarié écoute son collègue de travail qui a pris du retard dans un dossier en faisant montre d’ouverture, sans le juger.

 

  • Votre salarié est attentif à la discussion sans se laisser distraire par ses courriels ou ses appels.

CONCLUSION : la pleine conscience n’est pas une mode passagère

Les interventions fondées sur la pleine conscience en milieu de travail pourraient être favorables.

  1. Les interventions fondées sur la pleine conscience favorisent la santé psychologique de vos salariés.
    Les résultats des études considérées par les chercheurs comme étant de haute qualité montrent que les interventions fondées sur la pleine conscience en milieu de travail peuvent être efficaces pour améliorer la santé psychologique de vos salariés, plus particulièrement pour réduire l’anxiété, le stress ainsi que la détresse et la colère.
  2. Les interventions fondées sur la pleine conscience pourraient favoriser le bien-être et la performance de vos salariés.
    Bien qu’il s’agisse d’un champ de recherche émergent et que d’autres études soient nécessaires, les résultats montrent que ces interventions pourraient favoriser le bien-être – surtout physique – ainsi que la performance de vos salariés.

RECOMMANDATION DE NOTRE EXPERT

La pleine conscience est une stratégie d’intervention individuelle qui repose sur la volonté de vos salariés de s’y adonner. Mener ces activités en groupe encourage l’assiduité de la pratique et permet de reproduire individuellement les techniques apprises.

La pleine conscience étant une stratégie individuelle, il importe que votre organisation mette en place des stratégies d’intervention organisationnelles pour agir également sur l’environnement de travail et réduire les sources de stress. La pleine conscience est bien plus qu’une saveur du mois, mais elle n’est certainement pas le remède à tous les maux.

 

COMPLÉMENT GLOBAL-WATCH

Pistes de réflexion
À l’ère où la connectivité est perpétuelle et les stimulations omniprésentes, l’exercice de la pleine conscience mérite qu’on s’y attarde avec sérieux.
Ce type d’intervention est possiblement plus facile à mettre en œuvre au sein d’organisations plus matures ou habituées aux initiatives de santé et de mieux-être, et moins dans d’autres cultures organisationnelles. En revanche, si vos employés sont dans des contextes de travail très stressants, vous pourriez décider justement de faire évoluer votre culture organisationnelle pour que ce type d’activité de ressourcement soit de plus en plus acceptée, car nécessaire.

Pistes d’action
Les exercices en groupe peuvent légitimer plus facilement l’individu à pratiquer la pleine conscience dans son quotidien. L’approche de groupe lance un signal d’acceptabilité sociale et organisationnelle.
Une communication auprès des cadres et des salariés expliquant les bienfaits de la pleine conscience facilitera l’intégration harmonieuse de ces actions à votre stratégie.

Lien avec le cadre d’intervention Global-Watch
Ce type d’activité s’inscrit à l’étape de mise en action et peut s’appliquer tant aux cadres qu’aux salariés. Il importe de bien camper sa pertinence dans votre stratégie globale.

POUR CITER CETTE INTERPRÉTATION SCIENTIFIQUE GLOBAL-WATCH

Bourque, A., St-Hilaire, F., Villeneuve, M., Bérubé, S., Lefebvre, R., Gilbert, M.-H., Pérusse, M. (2018). Être présent ici et maintenant : le point sur la pleine conscience. Interprétation scientifique Global-Watch disponible sur www.global-watch.com

POUR CITER L’ARTICLE ORIGINAL DES AUTEURS DE L’ÉTUDE

Lomas, T., Medina, J. C., Ivtzan, I., Rupprecht, S., Hart, R., & Eiroa-Orosa, F. J. (2017). The impact of mindfulness on well-being and performance in the workplace: an inclusive systematic review of the empirical literature. European Journal of Work and Organizational Psychology, 26(4), 492‑513.

Références

1. Définition adaptée de Kabat-Zinn, J. (2003). Mindfulness based interventions in context: Past, present, and future. Clinical Psychology: Science and Practice, 10(2), 144–156. doi:10.1093/clipsy.bpg016

2. Définition adaptée de Lomas, T., Ivtzan, I., & Fu, C. (2015). A systematic review of the neurophysiology of mindfulness on EEG oscillations. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 57, 401–410. doi:10.1016/j.neubiorev.2015.09.018 et de Walsh, R., & Shapiro, S. L. (2006). The meeting of meditative disciplines and western psychology: A mutually enriching dialogue. American Psychologist, 61(3), 227–239. doi:10.1037/0003-066X.61.3.227

Pin It on Pinterest