Les défis du retour au travail chez les survivantes du cancer du sein

Ce document est réservé à l'usage exclusif de et ne peut faire l'objet d'aucune autre utilisation ou diffusion auprès de tiers. Tous droits réservés, Global-Watch ®

Interprétation scientifique

Pour certaines personnes, le retour au travail après une absence en raison d’une maladie peut signifier retrouver son réseau social, améliorer son estime de soi, retrouver une certaine sécurité financière ou encore favoriser son bien-être personnel. Toutefois, le retour ne se fait pas toujours sans embûche et peut parfois s’avérer complexe. C’est souvent le cas pour les femmes survivantes du cancer du sein. Pour certaines, elles doivent composer avec des effets secondaires ou tardifs des traitements comme des douleurs, de la fatigue ou des difficultés à se concentrer. D’autres difficultés peuvent être parfois associées à de la stigmatisation ainsi qu’au manque de soutien des superviseurs et des collègues de travail. Certaines survivantes peuvent même être mises à pied.

Au cours d’une étude pilote, Bilodeau et collaborateurs (2018) se sont penchés sur les défis et conséquences liés au retour au travail chez les survivantes du cancer du sein. Cette étude visait à mieux comprendre les différents contextes entourant le retour au travail, pour permettre de mieux orienter le développement et le déploiement d’une intervention adaptée dans un contexte de soins de première ligne. Pour ce faire, les chercheurs ont utilisé une approche intégrée d’application des connaissances, alimentés par l’expérience des différentes parties prenantes concernées.

L’étude pilote poursuivait deux objectifs principaux :

  1. Explorer les opinions de différentes parties prenantes sur le rôle que les soins de première ligne pourraient jouer pour soutenir les survivantes du cancer du sein dans le processus de retour au travail.
  2. Identifier les obstacles et les facilitants perçus au déploiement de cette nouvelle intervention dans un établissement de soins de première ligne.

Conseillère experte

Karine BILODEAU, inf., PhD., Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal

Auteurs

Étienne FOUQUET, auxiliaire de recherche, Université de Sherbrooke

MARIE-ÉLISE LABRECQUE, professionnelle de recherche, Université de Sherbrooke

 

Cette initiative a été rendue possible grâce à une collaboration avec l’Université de Sherbrooke.

QU’ENTEND-ON PAR :

Les contextes

Dans le cadre de cette étude, les contextes dépassent le simple lieu physique. Ils peuvent inclure différents rôles, différents types d’interactions et différents niveaux de relations, en plus d’un ensemble de caractéristiques et de circonstances variées. Les caractéristiques d’un contexte peuvent influer sur la mise en œuvre d’une intervention, agissant soit comme un obstacle, soit comme un facilitant. En plus d’un lieu physique, comme un centre de soins ou le milieu du travail, les contextes incluent également les professionnels de la santé, les collaborateurs au travail, l’employeur, etc.

Les soins de première ligne

Il s’agit des soins communautaires, groupes de médecine familiale, centres locaux de services communautaires.

L’approche intégrée de l’application des connaissances

Il s’agit d’une approche qui vise le développement de connaissances et de leur adoption auprès des utilisateurs. Elle intègre les données de recherche disponibles, ainsi que les connaissances des parties prenantes (survivantes du cancer du sein, professionnels de la santé, psychologues, oncologues, employeurs), pour permettre d’identifier les obstacles et les facilitants, ainsi que des interventions à prioriser.

Cela se traduit en sept étapes :

  1. Identification du problème et sélection des connaissances;
  2. Adaptation des connaissances au contexte local;
  3. Évaluation des facteurs qui constituent des obstacles ou contribuent à l’utilisation des connaissances;
  4. Choix, adaptation et implantation des interventions qui éliminent les obstacles à l’utilisation des connaissances;
  5. Évaluation de l’utilisation des connaissances;
  6. Évaluation des résultats;
  7. Création des mécanismes pour maintenir l’utilisation des connaissances.

Référence complète

Bilodeau, K., Tremblay, D., et Durand, M. J. (2018). Exploration of the contexts surrounding the implementation of an intervention supporting return-to-work after breast cancer in a primary care setting: starting point for an intervention development. Journal of multidisciplinary healthcare, 11(1), 75-83.

Méthode

Pays : Québec, Canada

Recrutement des participants : Les participants devaient représenter les soins en oncologie (hôpital), les soins et les services communautaires (unité de médecine familiale, organisation à but non lucratif pour les personnes atteintes de cancer) et les employeurs.

 Nombre de participants : 6

Méthode utilisée : Entretiens semi-dirigés

Cette étude est la première étape de trois dans un processus de développement et de déploiement d’une intervention soutenant le retour au travail après un cancer du sein.

Les étapes suivantes sont l’exploration du processus de retour au travail des survivantes d’un cancer du sein et la création de l’intervention en collaboration avec différentes parties prenantes (par exemple, les survivantes d’un cancer du sein, les professionnels de la santé).

 

 

Que révèlent les résultats de l’étude?

Les résultats de l’étude laissent entendre qu’il y aurait un avantage pour les femmes survivantes d’avoir accès à des interventions offertes par des professionnels de la santé dès que les traitements actifs du cancer prennent fin. Ceci afin d’atténuer l’impact des effets secondaires et faciliter la réinsertion professionnelle. Toutefois, ce processus de retour au travail présente un ensemble d’obstacles et de facilitants à l’intervention, qui sont présentés dans le tableau suivant :

Facilitants

Obstacles

Contexte organisationnel (soins et services)

Antécédents de collaboration entre un hôpital et un établissement de soins de première ligne

  • Division des tâches concernant le suivi des soins en cancer du sein
  • Manque de continuité informationnelle entre l’hôpital et les soins de première ligne
  • Ressources financières modestes
  • Désaccord sur les recommandations de retour au travail
  • Les professionnels opèrent en silos

Contexte individuel des professionnels de la santé

Reconnaissance unanime de la nécessité d’interventions de retour au travail dans un établissement de soins de première ligne

  • Manque de connaissances sur les problématiques liées au retour au travail
  • Conflits entre les professionnels

Contexte social

Bonnes relations et confiance entre professionnels de différents contextes

Besoins réels des survivantes du cancer du sein

  • Manque de connaissances sur les problématiques liées au retour au travail
  • Vision des soins du cancer centrée sur l’hôpital
  • Manque d’accommodement au travail

Contexte économique et légal

Aucune mention

  • Contraintes budgétaires dans les soins de santé

Que peuvent faire les organisations ?

Bien que les contextes liés au retour au travail chez les survivantes du cancer du sein soient multiples, il demeure que le contexte organisationnel est celui où les impacts sont davantage ressentis. Un écart a été signalé entre la capacité de la survivante à mener à bien les tâches prescrites et les attentes de l’employeur en termes de productivité souhaitée.

Il a même été noté que certaines survivantes ont dû demander à nouveau un congé de maladie en raison de symptômes dépressifs on ou d’épuisement professionnel. Ces conséquences ne sont pas banales, considérant l’impact socioéconomique qu’elles impliquent. Pour ces raisons, une prévention peut s’avérer nécessaire. Voici quelques pistes d’action pour y parvenir.

Ce qu’il faut retenir…

Exemples

Les gestionnaires ne sont pas toujours au courant des enjeux entourant le retour au travail

  • Certains symptômes sont dits tardifs, c’est-à-dire qu’ils apparaissent après le retour au travail. C’est le cas de la fatigue, des troubles de concentration et des douleurs chroniques.
  • Le fonctionnement pleinement efficace au travail est évolutif. Un retour au travail n’est pas nécessairement synonyme de pleines capacités. Celles-ci reviendront progressivement.

Les liens entre les soins hospitaliers et les soins de première ligne sont ténus

  • Il faut être conscient qu’un retour au travail après un cancer du sein est un processus souvent flou et peu documenté. Il est donc important de bien identifier qui est l’interlocuteur principal (la personne qui sera en mesure de répondre aux questions de la façon la plus appropriée) pour les gestionnaires et les survivantes.

Les aspects légaux peuvent être un enjeu pour les gestionnaires

 

  • Il est important de connaître les aspects légaux entourant le retour au travail, pour éviter les faux pas.
  • Il est aussi important d’être conscient des impératifs de l’organisation au niveau du fonctionnement des politiques internes de l’organisation quant au retour au travail.

La préparation du retour au travail chez les survivantes est souvent insuffisante

 

  • Les survivantes n’ont pas toujours accès à l’information sur le processus du retour au travail
  • Les ressources pour les survivantes devraient être bonifiées et plus accessibles, pour favoriser leur réintégration.

COMMENTAIRES DE NOTRE EXPERTE

Bien que les services de médecins du travail ne soient pas présents au Québec, il existe néanmoins un consensus international sur le besoin d’augmenter les services aux survivantes du cancer. Dans cette optique, et malgré le nombre peu élevé de participants, l’étude a tout de même réussi à fournir de bonnes pistes de recommandations pour un contexte local, qui permettra de poursuivre les prochaines étapes du projet.

POUR CITER CETTE INTERPRÉTATION SCIENTIFIQUE GLOBAL-WATCH

Bilodeau, K., Fouquet, E., Labrecque, M.-E. (2019). Les défis du retour au travail chez les survivantes du cancer du sein. Interprétation scientifique Global-Watch disponible au www.global-watch.com

POUR CITER L’ARTICLE ORIGINAL DES AUTEURS DE L’ÉTUDE

Bilodeau, K., Tremblay, D., et Durand, M. J. (2018). Exploration of the contexts surrounding the implementation of an intervention supporting return-to-work after breast cancer in a primary care setting: starting point for an intervention development. Journal of multidisciplinary healthcare, 11(1), 75-83.

Eric Bondo
Author: Eric Bondo

Pin It on Pinterest