L’autre épidémie invisible : les troubles de santé mentale des travailleurs. Adopter une responsabilité partagée

FLASH SCIENTIFIQUE GLOBAL-WATCH ET PISTES D’ACTION

Santé mentale et travail

Ce document est réservé à l'usage exclusif de et ne peut faire l'objet d'aucune autre utilisation ou diffusion auprès de tiers. Tous droits réservés, Global-Watch ®

Confinement, télétravail forcé, conflit travail-vie personnelle, perte d’emploi ou surcharge de travail sont autant de sources de stress auxquelles sont exposés les travailleurs depuis le début de la pandémie et qui mettent à risque leur santé mentale. Plus que jamais, employeurs, gestionnaires et employés doivent s’unir pour combattre cette autre épidémie invisible. Comment traverser cette épreuve sans y perdre sa santé mentale?

Cette initiative est soutenue par le Scientifique en Chef du Québec avec les Fonds de recherche du Québec.

 

Camille Roberge

Camille Roberge est candidate au doctorat en psychologie organisationnelle (Ph. D. R/I) à l’Université du Québec à Montréal. Sa thèse porte sur les stratégies d’autogestion chez les travailleurs présentant des symptômes d’anxiété ou de dépression.

Les contenus en trame mauve constituent les recommandations de la doctorante.

Qu’entend-t-on par?

Anxiété [1]

Émotion désagréable qui fait vivre des symptômes physiques (p. ex. : augmentation du rythme cardiaque, respiration difficile, sueurs, tremblements, étourdissements, mains moites, tensions musculaires) et des pensées intrusives (p. ex. : inquiétudes, ruminations, obsessions, doutes, craintes). Des symptômes d’anxiété, même légers, peuvent nuire au fonctionnement d’un travailleur.

Dépression [1]

Trouble de santé mentale qui se caractérise par une perte de plaisir et une humeur triste soutenue pendant plusieurs semaines, et qui s’accompagne généralement de pensées négatives, de dévalorisation ou de culpabilité excessive et qui mène parfois à des idées suicidaires. La dépression peut causer des troubles du sommeil, une augmentation ou une perte d’appétit, une diminution de la concentration, de l’énergie, de l’intérêt ou de la motivation. Des symptômes de dépression, même légers, peuvent altérer le fonctionnement d’un travailleur.

    Rétablissement d’un trouble de santé mentale [2]

    Pour jouir d’un fonctionnement optimal au travail, un certain niveau de rétablissement est nécessaire. Il comprend cinq dimensions :

    • clinique (p. ex. : la diminution des symptômes ou une meilleure gestion de la maladie);
    • fonctionnelle (p. ex. : retrouver son fonctionnement habituel, c’est-à-dire équivalent à ce qu’il était avant l’apparition des symptômes.);
    • existentielle (p. ex. : être satisfait de sa vie);
    • sociale (p. ex. : avoir des contacts sociaux);
    • physique (p. ex. : avoir de saines habitudes de vie).

    Stratégies d’autogestion [2]

    Comportements adoptés par un individu atteint d’un trouble de santé mentale (p. ex. : symptômes d’anxiété ou de dépression) afin de gérer ses symptômes au quotidien, optimiser sa santé et prévenir les rechutes (p. ex. : apprendre quand et comment avoir des discussions avec son supérieur immédiat afin de lui exprimer ses besoins). Ces stratégies permettent au travailleur d’avoir un meilleur contrôle sur la gestion de ses symptômes et facilitent le maintien en emploi en agissant comme facteurs de protection.

    Intervention de santé mentale en milieu de travail [3]

    Toute intervention que l’organisation peut initier ou faciliter et qui vise à prévenir, traiter ou réhabiliter un travailleur ayant des symptômes d’anxiété, de dépression ou les deux (p. ex. : promouvoir de saines habitudes de vie ou offrir l’accès à un programme d’aide aux employés).

     

    QUE RÉVÈLENT LES RÉSULTATS DE DEUX ÉTUDES?

    Certaines stratégies d’autogestion sont plus efficaces pour gérer les symptômes d’anxiété ou de dépression au travail et celles-ci doivent viser des dimensions complémentaires du rétablissement.[2] 

    Stratégie & Dimension du rétablissement

     

    1. Établir des limites au niveau du temps et de l’énergie que je peux consacrer au travail | Dimension fonctionnelle
    2. Maintenir l’équilibre entre le travail et la vie personnelle | Dimension physique
    3. Réfléchir à propos de mon environnement et mes conditions de travail pour identifier les sources de stress | Dimension clinique
    4. Créer des relations positives avec mes collègues et mes gestionnaires | Dimension sociale
    5. S’inspirer de quelqu’un qui s’est rétabli | Dimension existentielle
    6. Recevoir de l’aide d’un professionnel de la santé | Dimension clinique
    7. Apprendre comment et quand avoir des conversations avec mon gestionnaire à propos de mes besoins | Dimension sociale
    8. Se fixer des objectifs réalistes | Dimension fonctionnelle
    9. Acquérir un certain contrôle sur son espace de travail (p. ex. : éclairage, encombrement, bruit, emplacement, accessibilité, musique) | Dimension fonctionnelle
    10. Trouver des tâches significatives au travail | Dimension existentielle

    Le milieu de travail peut jouer un rôle protecteur pour la santé mentale des employés lorsque des interventions en santé mentale sont implantées. [3]

    Bien que le milieu de travail puisse générer des facteurs de risque (p. ex. : surcharge de travail, manque de reconnaissance) à la santé mentale, il représente également un facteur de protection lorsque des interventions organisationnelles sont implantées en prévention primaire (c.-à-d. pour prévenir l’exposition à des facteurs de risque ou améliorer la résilience des travailleurs), secondaire (c.-à-d. pour identifier et traiter en amont les symptômes des travailleurs ) ou tertiaire (c.-à-d. pour traiter et gérer un trouble de santé mentale diagnostiqué).

     

    QUE PEUVENT FAIRE LES TRAVAILLEURS, LES GESTIONNAIRES ET LES ORGANISATIONS?

    POUR LES TRAVAILLEURS

    Établissez vos limites et affirmez-vous

    • *Apprenez à accepter, à identifier et à communiquer vos limites à votre gestionnaire (p. ex. : j’ai de la difficulté avec ce mandat). N’hésitez pas à lui demander quelles sont les priorités du moment afin de diriger vos efforts dans la bonne direction.
    • *Affirmez davantage vos besoins et vos attentes auprès de votre gestionnaire ainsi qu’auprès vos collègues. Clarifiez les rôles et responsabilités à propos des tâches qui vous sont confiées afin que les attentes soient claires de part et d’autre.
    • *Identifiez les éléments de votre environnement de travail (p. ex. : environnement bruyant) et les situations (p. ex. : événements imprévus) qui sont une source de préoccupation importante pour vous. Il peut s’avérer judicieux de dresser une liste écrite de ces éléments pour nourrir votre réflexion.

    Trouvez l’équilibre entre le travail et votre vie personnelle

    • *Assurez-vous de suivre un horaire, en particulier si vous êtes en situation de télétravail. Il est impératif de tracer la ligne entre les heures travaillées et les heures non travaillées pendant lesquelles vous vaquez à vos autres occupations (p. ex. : éviter de consulter et répondre à vos courriels en dehors de vos heures de travail).
    • *Prenez le temps d’apprécier les éléments positifs de votre vie (p. ex. : vous rappelez ce que vous avez ressenti lors d’une promenade en vélo avec des êtres qui vous sont chers.).

    Construisez des relations de qualité

    • *Tentez de créer des relations positives avec vos collègues et vos gestionnaires (p. ex. : profitez de votre pause-lunch pour échanger de façon plus informelle avec ceux-ci, soyez curieux et intéressez-vous à eux).
    • *Soyez reconnaissants du soutien que votre gestionnaire ou vos collègues vous apportent et exprimez votre gratitude (p. ex. : remerciez-les lorsqu’ils vous donnent un coup de main).
    • *Apprenez à mettre les pensées négatives de côté (p. ex. : tentez de voir le positif dans chaque situation plutôt que de focaliser sur le négatif) afin d’être pleinement présent avec les gens qui vous entourent.

    Identifiez un proche qui a surmonté des obstacles semblables

    • *Identifiez un proche ou un collègue qui a rencontré des enjeux semblables (p. ex. : difficulté à respecter les délais en raison de vos symptômes d’anxiété ou de dépression) à ce que vous vivez présentement et inspirez-vous de cette personne.
    • Si vous vous sentez à l’aise, approchez cette personne et demandez-lui quelles sont ses astuces afin de gérer ses symptômes.

    POUR LES GESTIONNAIRES

    Soyez vigilant

    • *Assurez-vous que la charge de travail et la complexité des tâches de vos employés sont adéquates en fonction de leurs ressources disponibles : 1) personnelles (p. ex. : résilience, capacité à traverser une situation d’adversité), 2) psychologiques (p. ex.: sentiment d’avoir la capacité d’accomplir des tâches avec succès) et 3) liées au travail (p. ex. : clarté des rôles et opportunités de développement).
    • Soyez attentif aux signes avant-coureurs de la détresse psychologique qui peuvent apparaître chez vos employés (p. ex. : fatigue, irritabilité, isolement).
    • Soyez ouverts, sensibles et à l’écoute des besoins de nature professionnelle chez vos employés et évitez de tenter de jouer le rôle du psychologue. Si nécessaire, dirigez vos employés vers les ressources appropriées (p. ex. : Programme d’aide aux employés).

    Donnez le contrôle à vos employés

    • * **Augmentez le sentiment de contrôle de vos employés afin qu’ils se sentent autonomes dans l’accomplissement de leur travail (**p. ex. : offrez-leur la possibilité de décider de leur horaire)
    • **Proposez à vos employés de suivre des formations visant à les outiller en matière de résolution de problème, de gestion du stress ou de gestion du temps.
    • Aidez vos employés à trouver leurs propres solutions en leur posant les bonnes questions (p. ex. : qu’est-ce qui les rebute le plus dans l’accomplissement de leurs tâches ?). Proposez-leur ensuite des pistes d’action appropriées selon les défis rencontrés.

    POUR LES ORGANISATIONS

    Faites la promotion de la santé mentale (prévention primaire)

    • **Mettez en place des interventions visant à promouvoir la santé mentale au travail, telles que:
      • Promotion du programme d’aide aux employés (PAE)
      • Interventions sur la prévention des risques psychosociaux (p. ex. : stress, harcèlement, épuisement professionnel)
      • Programmes de conciliation travail-famille afin de favoriser l’équilibre.

    • **Mettez en place des interventions visant à promouvoir la santé physique au travail, telles que:
      • Politique favorisant l’exercice physique au sein de votre organisation (p. ex. : permettez à vos employés d’allonger d’une demi-heure leur pause-dîner deux fois par semaine pour faire de l’activité physique.
      • Campagne de sensibilisation sur les bienfaits d’une saine alimentation et offre alimentaire saine sur les lieux de travail.

    Offrez des ressources en santé mentale (prévention secondaire)

    • **Utilisez un sondage de santé organisationnelle afin d’identifier les employés qui sont à risque de développer un trouble de santé mentale au sein de votre organisation (prenez soin de rendre le sondage anonyme et d’offrir des services d’aide psychologique).
    • **Offrez un programme sur la gestion du stress qui s’échelonne sur plusieurs semaines pour les employés exposés à certains facteurs de risque.
    • Mettez sur pied un programme de sentinelles en milieu de travail; les sentinelles sont des employés formés pour détecter les signes de détresse psychologique, apporter un soutien immédiat et une écoute puis, référez aux ressources de soutien appropriées si nécessaire.
    • Mettez sur pied un programme de pairs aidants en santé mentale au travail. Les pairs aidants acceptent d’être identifiés au sein de l’organisation afin de venir en aide à d’autres employés qui rencontrent des difficultés semblables aux leurs (p. ex. : se fixer des objectifs réalistes).

    Prévoyez des accommodements (prévention tertiaire)

    • ** Assurez-vous de rendre possible certains aménagements visant à offrir des accommodements (p. ex. : pauses plus fréquentes afin que l’employé puisse prendre sa médication en toute discrétion; flexibilité de l’horaire afin que l’employé puisse se rendre à ses rendez-vous médicaux sans tracas).

    *Selon Meunier et collègues, 2019

    **Selon Joyce et collègues, 2016

    POUR CITER CE FLASH SCIENTIFIQUE GLOBAL-WATCH

    Roberge, C. (2020). L’autre épidémie invisible : les troubles de santé mentale des travailleurs. Adopter une responsabilité partagée.  Flash scientifique Global-Watch, disponible sur www.global-watch.com

    Flash rédigé sous la direction de France St-Hilaire, professeure titulaire en ressources humaines à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke.

    POUR CITER LES ARTICLES ORIGINAUX DES ÉTUDES

    1. Association des psychiatres du Québec. (2020). Repéré à https://ampq.org/info-maladie/anxiete/.

    2. Meunier, S., Roberge, C., Coulombe, S., & Houle, J. (2019). Feeling better at work! Mental health self-management strategies for workers with depressive and anxiety symptoms. Journal of affective disorders, 254, 7-14. doi: 10.1016/j.jad.2019.05.011

    3. Joyce, S., Modini, M., Christensen, H., Mykletun, A., Bryant, R., Mitchell, P. B., & Harvey, S. B. (2016). Workplace interventions for common mental disorders: A systematic meta-review. Psychological medicine, 46(4), 683-697. doi : 10.1017/s0033291715002408 

    Pin It on Pinterest